Le sommeil c’est la vie !

Le sommeil c’est la vie !
Vous avez du mal à vous endormir, vous êtes stressé, obsédé par le travail ? Lorsque vous vous réveillez, vous peinez à vous rendormir. Par conséquent, la journée, vous avez sommeil et des difficultés de concentration. Votre enfant dort mal, pas assez, il fait des cauchemars ? Ce guide vous aidera à améliorer votre sommeil ou celui de vos proches.

Lorsque vous dormez, l’organisme récupère, se régénère, le coeur se repose, produit certaines substances et hormones comme l’hormone de croissance. Les fonctions métaboliques et immunitaires sont régulées ou stimulées, les toxines éliminées, le psychisme réorganisé, les connaissances acquises intégrées, la performance diurne maintenue…
 
Les besoins en sommeil varient selon les âges et les individus, on se réfère à des tranches horaires optimales.
• Enfant (2 à 4 ans) : 11 h à 13 h
• Enfant (6 à 12 ans) : 9 h à 11 h
• Adolescent (à partir de 12 ans) : 8 h 30 à 10 h
• Adulte : 7 h à 9 h
 
De nombreux adolescents présentent un retard de phase de sommeil. L’endormissement et le réveil sont de plus en plus retardés. Principales causes : les écrans de télévision ou d’ordinateurs et le manque d’exercice physique ! Essayez de ramener progressivement votre adolescent à des heures « normales », exigez l’extinction de l’ordinateur à une heure fixe, surveillez son alimentation. À éviter, les boissons à base de cola.
 
L'INSOMNIE
L’insomnie se caractérise par des difficultés d’endormissement, des réveils nocturnes, un sommeil trop court, une difficulté générale à dormir suffisamment. Elle est considérée comme chronique si elle se produit au moins trois nuits par semaine pendant trois mois ou plus.
Les causes : stress, surmenage, environnement (luminosité, bruits ambiants), événements (grossesse, naissance, deuil), mauvaises habitudes (alcool, tabagisme, repas copieux), horaires de travail décalés, certaines maladies.
 
LES CONSEQUENCES DE L'INSOMNIE
Fatigue et somnolence dans la journée : abaissement de la vigilance diurne, entrainant des risques d’accident sur la route, au travail ou à la maison (accident domestique, surveillance des enfants).
• Augmentation des risques d’apnées du sommeil (arrêts de la respiration pendant le sommeil) favorisant les maladies cardiovasculaires.
Perturbations métaboliques : obésité, diabète sont favorisés par l’insomnie et vice versa.
• Risque du syndrôme des jambes sans repos (impatience) augmenté.
 
MEDICAMENTS, SOUS SURVEILLANCE
On sait aujourd’hui que, paradoxalement, les somnifères (benzodiazépines) diminuent la
vigilance diurne, créent une addiction tout en perdant de leur efficacité au fil du temps et enfin à long terme ils nuisent à la mémoire. Ils doivent être réservés à des problèmes ponctuels, sur avis médical.
 
ET SI ON FAISAIT AUTREMENT ?
Il existe des solutions alternatives, sans risque. Ne vous en privez pas, demandez conseil à votre pharmacien.
• Les sédatifs calment sans accoutumance et préparent au sommeil.
• Les minéraux et vitamines, rétablissent les équilibres notamment au niveau nerveux : vitamines C (le matin) et B, magnésium, calcium, oligoéléments…
• Les compléments alimentaires : griffonia pour l’humeur, complexes à base de mélatonine (hormone du sommeil), plantes comme tilleul, passiflore,valériane, camomille, etc., oméga 3, pholsphatidylsérine (mémoire), coenzyme Q10 (protection cardiaque)…
 
QUAND FAUT-IL CONSULTER UN MEDECIN ?
• Vous avez décidé d’arrêter complètement les somnifères.
• Vous vous réveillez la nuit avec des angoisses, des idées noires, sans réelle raison.
• Vous souffrez d’impatiences qui vous obligent à vous lever plusieurs fois dans la nuit, ou avez
des secousses répétées de vos membres pendant le sommeil.
• Vous avez des ronflements bruyants ou des apnées du sommeil. Une surveillance cardiovasculaire est indispensable.
• Vous ressentez une grande fatigue qui vous empêche de sortir, vous distraire… Vos proches se plaignent de votre manque d’énergie ou d’intérêt.
• Vous sentez une faiblesse musculaire quand vous riez ou vous mettez en colère.
 
10 POINTS POUR AMELIORER VOTRE SOMMEIL
1. Ayez des horaires de sommeil réguliers tout en respectant votre propre rythme.
2. Veillez à une bonne qualité de literie, à une bonne aération de la chambre, la température ne doit pas dépasser 19 °C.
3. Bannissez lumière et bruits si possible, éteignez ordinateur et mobile.
4. Couchez-vous dès que les signes (bâillements, paupières lourdes, etc.) apparaissent.
5. Le soir, évitez les repas trop lourds et trop protéinés. Evitez l’alcool, et les excitants à partir de 17 h.
6. Ayez une activité physique quotidienne, au plus tard une heure avant le coucher.
7. Conditionnez-vous au sommeil avec la technique qui vous convient : yoga, méditation, lecture, tisane…
8. Évitez les siestes prolongées dans la journée, mais une sieste de 15 à 20 min peut être bénéfique.
9. Exposez-vous à la lumière du jour le plus possible.
10. Pour votre enfant, outre ces règles, ayez un rituel (histoire, doudou, baiser), ne lui refusez pas une veilleuse, ne cédez pas quand il se relève.