PARTIR EN VACANCES EN TOUTE SERENITE

PARTIR EN VACANCES EN TOUTE SERENITE
C’est l’heure du départ en vacances avec son lot de désagréments qui peuvent gâcher un séjour.
Bleus, coups et bosses, piqûres de moustiques, mal des transports, ampoules,… Voici quelques conseils pour gérer ces petits bobos et profiter pleinement des bons moments.

METTRE À JOUR SES VACCINS

Vérifiez la mise à jour des vaccinations recommandées par le calendrier vaccinal français (en particulier le vaccin antitétanique) sans oublier les vaccins qu’il vous est nécessaire de faire pour certaines destinations. Certains vaccins nécessitent plusieurs injections ou ne protègent qu’au bout de quelques semaines. Il est donc préférable de s’y prendre à l’avance et d’aborder la question plusieurs semaines, voire un ou deux mois avant si vous partez à l’étranger. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien. Vous trouverez également des informations utiles sur internet sur les sites www.sante.gouv.fr, www.vaccinations-airfrance.fr, www.pasteur.fr rubrique « conseils aux voyageurs »


LUTTER CONTRE LE MAL DES TRANSPORTS

Un voyage en voiture, bateau ou avion peut rendre sensible aux mouvements imposés par le trajet. C’est ce qu’on appelle « avoir mal au cœur » : pâleur, vertiges, nausées, voire vomissements.

Des solutions existent pour calmer cet inconfort :
• Prenez la veille du départ une formule homéopathique (Cocculus 7CH ou Tabacum 7CH ou Petroleum 9CH ou des formules composées) puis une heure avant et toutes les heures durant le trajet. Pensez aux bracelets anti-nausées qui agissent par acupuncture. Ils sont également efficaces.
• Placez-vous au centre du bateau ou de la voiture.
• Evitez de lire pendant les trajets et fixez l’horizon.
• Mangez léger avant le départ mais ne pas partir l’estomac vide.
• En voiture, ouvrez les fenêtres et faites des haltes régulièrement.


EVITER LES PROBLEMES INTESTINAUX

La turista ou diarrhée du voyageur
Elle est transmise essentiellement par les aliments ou les boissons contaminés. L’attitude à adopter pour compenser les pertes en eau et en électrolytes consiste avant tout à se réhydrater. Pour les enfants, donner immédiatement un soluté de réhydratation orale puis reprendre une alimentation habituelle progressivement (dès la 4ème heure). Pour arrêter la diarrhée, prendre un traitement médicamenteux comme un adsorbant intestinal, un probiotique ou des lactobacilllus. Un antispasmodique pourra être utile en cas de douleurs abdominales. Demandez conseil à votre pharmacien. Il n’existe pas de traitement préventif de la turista. Il faut avant tout respecter des règles d’hygiène :
• Se laver les mains très souvent et si besoin, utiliser un gel bactéricide sans eau.
• Faire attention à la propreté des aliments dans certains pays où l’hygiène est précaire et privilégier l’eau en bouteille.

La constipation
En effet, le changement des habitudes alimentaires et du rythme de vie peut entraîner une diminution de la fréquence des selles résultant d’un transit ralenti s’accompagnant d’une déshydratation des selles. Pour y remédier, il faut boire 1,5 à 2 litres d’eau par jour, prendre une ration suffisante de fibres (fruits, légumes, pain complet, céréales) et faire une activité physique chaque jour. L’utilisation d’un laxatif (voie orale, suppositoire, lavement) sur une courte durée ou d’un remède homéopathique permet de réduire la durée de cet épisode.


SOULAGER LES PIQÛRES D’INSECTES

Face à certaines piqûres d’insectes, il faut ôter le dard de la peau avec une pince à écharde ou à épiler désinfectée avec de l’alcool. Ensuite, nettoyez la zone touchée avec un antiseptique et appliquez une pommade qui va diminuer l’inflammation et les démangeaisons (par exemple à base de calendula, de ledum palustre ou d’apis). Pour anesthésier la douleur et diminuer la réaction, placez une poche de glace ou un « cold pack » à l’endroit de la piqûre. Attention, l’apparition d’un oedème étendu, d’urticaire, d’un malaise général nécessite une consultation en urgence.

Voici quelques conseils préventifs:
• Evitez de marcher pieds nus, choisir des vêtements amples, longs et clairs surtout à la tombée de la nuit.
• Dans certains pays, il peut être nécessaire de dormir avec une moustiquaire.
• Choisissez un répulsif cutané adapté à l’âge, à la zone visitée et aux insectes visés. Pensez au bracelet répulsif pour les enfants.
• Si besoin, procurez-vous des sprays « vêtement et tissus » anti-moustiques qui permettent d’assurer une protection globale contre les moustiques, les tiques et les taons dans les zones à risque.
Ceux-ci peuvent être utilisés chez la femme enceinte et chez l’enfant à partir de 24 mois.

TRAITER LES CONTUSIONS
Les contusions surviennent après un choc direct sur un muscle. Lors de l’impact, un hématome (gonflement) plus ou moins important en fonction de la gravité apparait.
•    Le plus rapidement possible, appliquez de la glace (cryothérapie) en utilisant un spray réfrigérant ou un coussin thermique type « cold pack ». Au contact de la peau, le froid exerce plusieurs effets : effet antidouleur, effet hémostatique (diminue l’apport sanguin donc le bleu), effet anti-inflammatoire. Cette application peut être renouvelée 2 à 3 fois dans la journée.
•    Ne pas appliquer de glace sur une contracture musculaire, une plaie ouverte ou près des yeux.
•    Prenez, le plus tôt possible, une dose d’Arnica en 9CH puis 3 granules toutes les 5 minutes en espaçant les prises au fur et à mesure de l’amélioration.
•    Appliquez localement matin et soir une pommade à l’arnica ou au calendula.
•    Si la contusion est importante, réalisez un bandage compressif pendant 10 minutes pour éviter la propagation de l’hématome.

SOULAGER UNE ENTORSE
L’entorse est un étirement et/ou déchirement violent des ligaments. En cas d’entorse, pensez à appliquer le protocole RICE*:
Repos : cessez toute activité. Une orthèse peut être conseillée pour favoriser la cicatrisation des ligaments ou tendons,
Ice (Glace) : appliquez du froid pour résorber l’oedème (attention à ne pas appliquer directement sur la peau),
Compression : poser un bandage élastique peut être utile en cas de gonflement de l’articulation atteinte,
Elévation : surélevez le membre traumatisé pour favoriser le retour veineux.

Des antalgiques et anti-inflammatoires peuvent également être conseillés. N’hésitez pas à aller consulter votre médecin, en fonction de la gravité de la blessure.

SOIGNER LES AMPOULES AU PIED
Une ampoule est une affection qui touche la peau des pieds lorsque celle-ci est soumise à des pressions et des frottements répétés. C’est une bulle cutanée contenant un liquide clair qui s’accumule sous la peau.

Si l’ampoule n’est pas trop douloureuse, il vaut mieux la laisser se guérir seule et ne pas la percer, afin d’éviter tout risque d’infection.
Utilisez un pansement hydrocolloïde (« double peau ») conçu pour soulager la douleur et favoriser la cicatrisation de la peau en milieu humide.

Si la gêne est trop importante, percez l’ampoule avec une aiguille stérilisée pour faire sortir le liquide. Désinfectez puis appliquez un pansement stérile. Enlevez ce pansement la nuit pour permettre à la zone de sécher. Il existe une solution homéopathique pour accélérer la guérison (Cantharis 9CH). N’hésitez pas à consulter si l’ampoule s’infecte ou devient rouge.


L’heure du départ arrive ? Téléchargez votre liste « Trousse à pharmacie » pour partir en vacances en toute sérénité.

Consultez également notre guide complet « Partir en vacances en toute sérénité » ou rendez-vous en pharmacie pour des conseils personnalisés.

*Mirkin et al. The Sports Medecine Book, 1978.