Arthrose : symptômes et traitements

Arthrose : symptômes et traitements
Très longtemps considérée comme une fatalité liée au vieillissement, l’arthrose est en réalité une maladie articulaire à part entière avec des facteurs de risque bien identifiés conduisant à la destruction du cartilage. Elle s’étend à toutes les structures de l’articulation (synoviale et os).
LA FREQUENCE AUGMENTE AVEC L’ÂGE

La fréquence de l’arthrose varie avec le type d'articulation et son âge.
L’arthrose de la colonne vertébrale est plus fréquente dans la tranche d’âge 65-75 ans (70- 75 % des personnes) mais reste le plus souvent silencieuse.
L’arthrose des doigts est la deuxième localisation en fréquence (60 %) ; elle se traduit par des déformations irréversibles.
L’arthrose du genou (gonarthrose) concerne 30 % des personnes de cette tranche d’âge (plus souvent des femmes) et l’arthrose de la hanche (coxarthrose) en touche 10 %.


SYMPTÔMES

La douleur et la raideur articulaire sont responsables d’un handicap plus ou moins sévère. La douleur est déclenchée et augmentée par le mouvement, et cesse généralement au repos. Des poussées inflammatoires sur ce fond douloureux chronique se manifestent par des réveils nocturnes, un épanchement articulaire et un dérouillage matinal de plusieurs minutes. Aux stades avancés, la mobilité est très limitée. L’évolution est imprévisible.


TRAITEMENTS

Mesures non médicamenteuses
C'est indispensable pour limiter la progression de l’arthrose :
⁃ perdre du poids ;
⁃ pratiquer une activité physique régulière d’intensité modérée en dehors des poussées ;
⁃ éviter de porter des charges lourdes ;
⁃ porter des semelles orthopédiques, des genouillères, s’aider d’une canne de marche.
 
Médicamenteux
⁃ antalgiques (paracétamol) et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour soulager la douleur et combattre l’inflammation par voie orale ou locale.
⁃ infiltrations intra-articulaires : cortisone lors des poussées, acide hyaluronique en dehors des poussées.
⁃ anti-arthrosiques symptomatiques d’action lente : chondroïtine sulfate, glucosamine, insaponifiables d’avocat et de soja.
 
Chirurgie
La prothèse, de genou ou de hanche, est envisagée lorsque les médicaments ne suffisent plus au soulagement des douleurs et lorsque les lésions sont à un stade avancé.
 

A SAVOIR

Certains compléments alimentaires peuvent vous soulager : glucosamine, chondroïtine sulfate, acides gras oméga 3, silicium, zinc, huile de krill, prêle, ortie, harpagophytum, baies de raisin rouge…
Parmi les produits commercialisés citons : Arkofluides® Harpagophytum Bio, Chondro- Aid® Fort, Neogil®, Novalgic®, Phytalgic®.


FACTEURS DE RISQUE

L’excès pondéral est le principal facteur de risque. Il ne se limite pas aux articulations qui portent le poids du corps (genou, hanche), il existe aussi pour des articulations comme celles des doigts. Perdre 5 % de son poids corporel peut entraîner une nette amélioration.
Les traumatismes (et microtraumatismes) liés à l’activité sportive ou professionnelle contribuent également à abîmer le cartilage, de même que certaines anomalies anatomiques ou séquelles de traumatismes (fracture, entorse négligée, luxation).
L’hérédité est un autre facteur de risque.


JULIE RAYNAUD

Décembre 2014

Bien être et Santé